Le Projet Blair Witch : séjour de l'horreur et
secrets de tournage

Le Projet Blair Witch (1999) d’Eduardo Sànchez et Daniel Myrick, deux étudiants d’une école de cinéma en Floride, est un film qui a beaucoup fait parlé de lui tant il s’affranchit du schéma classique de production d’un film. Pré-production, tournage, post-production mais aussi réception sont hors du commun pour l’époque. Le film se veut avant tout expérimental, à la recherche d’un succès par le biais de sa mise en scène osée et réaliste.  

La naissance du projet est caractéristique du film expérimental. Deux jeunes étudiants en cinéma développent une idée de film : Le Projet Blair Witch. Se voulant le plus vrai possible, le film suit des étudiants de cinéma sur les traces de la légende de la sorcière Blair, dans la forêt de Black Hills dans le Maryland aux Etats-Unis. Ils popularisent le concept de found-footage, sous-genre cinématographique qui montre à l’écran des images filmées par un personnage de l’histoire.
Pour laisser place au réalisme, le duo écrit tout d’abord un scénario de seulement 35 pages. Durant le casting, ils demandent aux participants de prouver leur talent en improvisation. Trois acteurs sont alors embauchés : Heather Donahue, Joshua Leonard et Michael C. Williams. Avec un faible budget de 60 000 dollars, le tournage du film est devenu l’un des plus célèbres du cinéma d’horreur.

Le tournage a eu lieu en 8 jours dans les forêts du Maryland, proche de Burkittsville. Seuls les acteurs et une petite équipe sont présents. Le matériel prévu pour le tournage se résume à une première caméra en couleur 16mm, servant à filmer leur expédition, et une seconde en noir et blanc 35mm servant à filmer des scènes pour leur documentaire. Les scènes sont éclairées avec des lampes torches la nuit et avec une lumière naturelle de jour, aucun artifice n’a été ajouté aux scènes, que ce soit en termes de maquillage ou de décors. L’aspect documentaire ressort car le nom des acteurs est le même que celui des personnages qu’ils jouent. Cette confusion entre acteurs et personnages se renforce par le fait que ceux-ci devaient filmer tout leur périple dans la forêt et, par l’improvisation presque omniprésente durant le tournage.
Les acteurs portent toute la réalisation du film, ils inventent les scènes au fur et à mesure et sont très peu encadrés par l’équipe technique. En plus de dormir dans des tentes, les acteurs endurent un tournage difficile, il faut marcher pendant des heures dans la forêt, y camper, et l’équipe de tournage réduit les portions alimentaires des acteurs de manière volontaire dans le but de créer une fatigue qui va pousser à bout les comédiens. L’équipe joue des tours aux acteurs-personnages ce qui mènent à un craquage collectif entraînant par la suite des disputes entre les acteurs ou aussi la fameuse scène illustrant l’affiche du film, où l’on voit Heather fatiguée mentalement et physiquement. Alors « perdus » dans la forêt, les scénarios sont modifiés afin qu’aucun des trois acteurs n’ai le même, Michael a, par exemple, l’instruction de jeter la carte, mais Heather et Joshua ne le savent pas, une dispute éclate alors entre les étudiants qui sont dans l’incompréhension. Si les réactions des acteurs sont très naturelles c’est parce qu’ils sont dans des conditions presque de caméra cachée. L’équipe va chercher à leur procurer des émotions qui prendront le dessus sur le soi-disant scénario.

        Si les acteurs ont été malmenés pour ce tournage, c’était tout d’abord pour répondre à la  stratégie de ses réalisateurs. Le but étant de faire de ce film le premier found-footage réaliste, ils ont voulu effacer toute part de « fausseté » en faisant réellement subir la  situation aux pseudo-étudiants. Toute la stratégie commerciale du film impliquait cette  fausse disparition, que l’on rend vraie par la suite. À la sortie du film, de faux documents  attestant la disparition « réelle » des trois étudiants sont dévoilés au grand jour : faux  rapports de polices, avis de recherches, blogs… Mais les acteurs doivent pour cela rester  dans l’ombre et faire croire à leur disparition. Ce n’est que quelques mois après la sortie  du film que Heather réapparaît sur un talk show tard dans la soirée. Cette expérience fut  plus que traumatisante pour les acteurs notamment lorsque ceux-ci sont revenus à une  vie normale. Des lettres de condoléances étaient envoyées aux familles des étudiants, des battues étaient réalisées dans la forêt, des enquêtes entre internautes  commençaient… 
        Voilà tout le succès et l’engouement autour de ce film. Le Projet Blair Witch aura trompé et continuera de duper ses spectateurs pendant encore longtemps,  revendiquant sa place de grand classique du cinéma moderne.  

 

 

Rédigé par Anita Pinon et Lucie Sciortino-Monaco

La petite news en plus !

Dans Benjamin Gates et le Trésor des Templiers, les gentils utilisent Google et les méchants Yahoo!