Objectif Censier

Le festival de courts-métrages de la Sorbonne Nouvelle

Cliquez sur chacun des ateliers pour découvrir les films de cette année !

Pascal-Alex Vincent

Quelle interaction entre la chanson populaire française et le cinéma populaire ? Aujourd’hui, de Christophe Honoré à François Ozon, en passant par Valérie Donzelli, le jeune cinéma français chante ses complexes. A partir de quatre morceaux imposés, les élèves devront tourner un court-métrage, qu’il soit musical ou non, avec la contrainte de ne pas faire un clip, mais une fiction qui s’appuiera sur le texte.

Barbara Laborde

L’atelier propose de réaliser plusieurs courts-métrages autour de la notion de OFF. Si la voix OFF au cinéma s’oppose à la voix IN ou OVER, le OFF peut aussi s’opposer au IN pour désigner les programmations moins institutionnalisées. Une autre dichotomie intéressante peut être explorée : l’opposition entre ON et OFF pour nourrir une réflexion sur ce qui est « en route » (on dut aussi dans certains cas ON AIR) et ce qui est arrêté, débranché.

Perrine Boutin

L’atelier vise à réfléchir sur une pratique courant au cinéma : le portrait. Les étudiants auront d’abord à réfléchir sur l’art du portrait au cinéma puis à réaliser un court-métrage sur ce sujet.

Matthias Steinle  

L’atelier propose une réflexion sur la construction du réel par la réalisation de faux documentaires. Le genre « documenteur », en s’assument comme « faux », nous éclaire sur les règles et le fonctionnement des images documentaires ainsi que sur la culture médiatique dans laquelle elles s’inscrivent. Il s’agit de réfléchir, à travers une activité de création, à la manière dont des stratégies de mise en scène peuvent non seulement rendre le spectateur complice du « mensonge », mais conscient des modalités de construction du « réel » par les formes documentaires.